Avrigney-Virey - Bulletin Municipal 2020

Un peu d'histoire… DES ARCHITECTES À AVRIGNEY Les travaux d’accessibilité qui vont être réalisés sur l’église Saint-Etienne d’Avrigney (édifiée en 1760) donnent l’occasion de faire un peu d’histoire, et de valoriser le patrimoine de la commune. En 260 ans, trois architectes seront intervenus sur l’église d’Avrigney. Le premier d’entre eux est Jean-Charles Colombot (1719-1782), son architecte. Il a réalisé de nombreux hôtels à Besançon (Hôtel Chifflet, Hôtel de Courbouzon, Hôtel du Bouteiller) ainsi que des monuments religieux sur la Franche-Comté. Le retable de l’église et ses décorations témoignent d’un décor relativement faste (qui nécessiteraient également quelques travaux de rénovation…). Le second architecte est Anatoile Amoudru (1739-1812) à qui l’on doit l’œil de bœuf (pour éclairer l’escalier qui mène au clocher), ainsi que la croix en fer forgé en face de l’entrée. Cet architecte devait également intervenir sur d’autres sites du village. Ainsi, Amoudru reçut commission du grand maître le 16 décembre 1784, après un arrêt du 7 décembre, pour prendre en charge les réparations de l’église, l’achat d’ornements, l’augmentation du poids d’une cloche, la pose d’une grille de fer pour fermer l’église, la fourniture d’une horloge, les réparations de plusieurs fontaines et de la maison d’école, la confection de deux pompes, de crochets de 50 sceaux en cuir pour faire face aux incendies. La vente à la maîtrise de Gray de 229 arpents 83 perches, le 29 décembre 1784, au maître de forges de Pesmes, Jean- François Rossigneux, rapporta la somme importante de 48 285 livres, à raison de 210 livres l’arpent. Mais plusieurs traités passés par la communauté d’Avrigney sur le prince de Montbarrey, le marquis de Chaillot et l’archevêque de Besançon pour l’affranchissement des droits du four et de la macule de la main-morte coûtèrent près 30 500 livres. La communauté dut, de ce fait, réduire considérablement l’ampleur des travaux autorisés de par l’arrêt. Témoignages encore visibles de l’intervention d’Amoudru : la croix en fer forgé devant l’église, sur le modèle de celle de Sornay, et, tel que l’avait prescrit l’arrêt du Conseil, le percement d’un œil de bœuf dans la façade du clocher pour éclairer l’escalier intérieur. Enfin, le dernier architecte est Bertrand Cohendet, chargé de l’ouverture de la porte dans le cadre de l’accessibilité de l’église, afin que les personnes à mobilité réduite puissent accéder à l’église sans difficulté. Si son intervention est demoindremesure que la réalisation d’un bâtiment complet, il participera à la vitalisation du bâtiment. ÉGLISE ST-ÉTIENNE .com - Avrigney [70] - Décembre 2020 - Ne pas jeter sur la voie publique.

RkJQdWJsaXNoZXIy Nzk1Njc=